méthodologie

Ces trois albums ont traversé plusieurs générations. Pierre Poupardin (dont les lettres sont retranscrites ci-dessous), chirurgien, fils de Paul et petit-fils de Louis, tous deux magistrats, est mon grand-père. J’ai découvert ces albums en 1992 suite au décès de mon père Jean Poupardin qui les avait apportés chez moi quelques années auparavant mais ils étaient restés quasiment inaperçus dans l’avalanche de déménagements. Notre père ne nous en parlait pas, pensant que nous n’étions pas intéressés. La vue de personnages disparus qu’il avait aimés le rendait sombre. S’y ajoutait sans doute une pointe de nostalgie d’un train de vie qu’il avait entr’aperçu dans sa jeunesse. Toutefois, il nous racontait des anecdotes, maintenait des liens, notait les naissances et les décès. Très bon photographe, il préférait exercer ses talents sur ses enfants et petits-enfants, nous constituant même des albums.

Il nous a fallu rassembler et trier des bribes. Dans ces albums de familles, nous avons eu aussi la surprise de trouver, outre les photos de personnages, quelques représentations de maisons, paysages, monuments et tableaux. Certaines de ces reproductions proviennent du diffuseur Goupil, éditeur d’art de 1827 à 1920 ; d’autres, sans mention de photographe, ont été prises par des particuliers au cours de voyages en France ou en Europe.

Tels que nous les avons trouvés, ces albums regroupent des photos qui n’ont pas été classées mais disposées sans ordre apparent, avec parfois de timides essais de regroupement. Les représentants des principales familles sont mélangés ; les amis ou relations interfèrent ; l’ordre chronologique n’est pas toujours pris en compte car il est fréquent de trouver la même photo dans deux albums. Nous constatons une grande diversité dans la qualité des photos. Citons le photographe Pierre Petit qui donne la date de la prise de vue, et soigne la présentation avec tranche dorée et décoration au verso. D’autres photos anonymes ont mal vieilli, prises sans doute par des amateurs.

C’est seulement par le truchement des photographes que l’on pourra peut-être un jour mettre un nom sur les nombreux anonymes qui remplissent les pages des albums. Des annotations ont déjà permis de repérer l’identité de ces notables, hommes et femmes en majorité alsaciens ou d’origine alsacienne, ainsi que leurs enfants, mais un important travail reste à faire. Pour identifier les personnages, nous avons utilisé surtout :
la documentation rassemblée par mon père, auteur aussi du tableau généalogique que nous pouvons apercevoir sur le site,
les généalogies dressées par d’importantes familles alsaciennes désireuses de ne pas tomber dans l’oubli qui sont partiellement consultables en ligne maintenant dans des dictionnaires biographiques, dont :

Histoire et généalogie de la famille Dollfus de Mulhouse 1450-1908 par Max Dollfus, Mulhouse, E. Meininger, 1909. L’exemplaire conservé dans la famille a été poursuivi à la main très partiellement par Isabelle Dussaud, née Claudon, belle-sœur de Paul Poupardin. Les personnages de nos albums recensés portent alors la mention TGD (Tableau Généalogique Dollfus) et le numéro attribué dans l’ouvrage.

Histoire et généalogie de la famille Hofer de Mulhouse 1418-1935 par Jean Gustave Dardel, Mulhouse, E. Meininger, 1936. Les personnages de nos albums recensés portent alors la mention TGH (Tableau généalogique Hofer) et le numéro attribué dans l’ouvrage.

Tableaux généalogiques de la famille Koechlin 1460-1914, Mulhouse, E. Meininger, 1914. Les personnages de nos albums recensés portent alors la mention TGK et le numéro attribué dans l’ouvrage.

Dictionnaire de biographie française. Les personnages de nos albums recensés portent alors la mention DBF.

Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne. Rédacteur en chef. J.-P. Kintz. Les personnages de nos albums recensés portent alors la mention NDBA.

Dictionnaire historique & biographique de la Suisse. Les personnages de nos albums recensés portent alors la mention DBS.

Nos photos retrouvées dans la base Gallica de la Bibliothèque Nationale Française sont signalées par l’abréviation Gall.

Illustration (Daniel Dollfus Ausset)

Certains portraits photographiques ont déjà été publiés, comme ceux de Charles Hofer, ses fils Charles et Maurice qui figurent dans l’ouvrage cité plus haut : Histoire et généalogie de la famille Hofer de Mulhouse 1418-1935 par Jean Gustave Dardel, pl. XVII a, d’autres ont suscité un intérêt certain puisqu’on les retrouve en ligne sur le portail Alsatica (avec la référence : fonds Tissot-Poupardin).

Ajoutons que Daniel Dollfus Ausset, si photogénique, notamment dans sa tenue d’alpiniste chevronné, a été photographié par les plus célèbres photographes : Adolphe Braun et Antoine Meyer. On le retrouve dans le 1er album de Paul Poupardin, chapeauté et photographié sous son profil le plus avantageux et… inédit.

Le premier album a été annoté par Clémentine Poupardin. Nous avons retranscrit les notes écrites sur l’album, sous la photo, au crayon. Parfois une autre écriture plus effacée se joint à celle de Clémentine et nous retrouvons cette écriture au dos des photos. La photo numérotée 179 nous donne peut-être la clé de ce mystère. Au verso, à propos de Mlle Landert, la mention : « Ma filleule, » et sous la photo : « La filleule de Louis [Poupardin] ». Le donateur ou la donatrice de la photo annote aussi au crayon, parfois à l’encre avec une parole amicale. Ces notes nous renseignent sur l’évolution des carrières, le nom de famille des femmes mariées, ou l’âge des enfants bien représentés dans l’album.

Si les photos du premier album sont relativement bien annotées, il n’en est pas de même pour les deux autres qui l’ont été par Pierre Poupardin, certainement après la mort de son père, Paul. Il s’ensuit beaucoup d’anonymes dont l’identité sera peut-être un jour dévoilée grâce à l’indication du photographe et de son adresse. Dans la période d’après la guerre de 1870 et 1871, on peut en effet suivre, d’après l’adresse du photographe mise au bas et derrière la photo, ceux qui ont quitté l’Alsace pour ne pas vivre sous l’occupation allemande. Grâce à ces mentions, nous retrouvons Louis Poupardin (1816-1890), en poste à Bordeaux puis à Paris suivant les aléas des affectations administratives. Son fils Paul (1847-1919), grâce à ce même moyen, est, quant à lui, repérable au Havre, Rouen, puis à Paris. Les membres des familles restés Alsaciens continuent à se faire photographier à Mulhouse, Colmar, Strasbourg et ces photos témoignent de liens restés forts entre ceux qui sont partis et ceux qui sont restés. Rendons hommage aux photographes qui ont constitué ces albums en citant les deux ouvrages qui nous les ont fait le plus connaître :

Boisjoly, François, Répertoire des photographes parisiens au XIXème siècle, Paris, les éditions de l’amateur, 2009.

Voignier, Jean-Marie, Répertoire des photographes de France, Le Pont de Pierre, 1993.

Pour finir par le petit bout de la lorgnette, il est surprenant de retrouver quelques noms listés ici dans une autre relique qui nous vient de Clémentine Poupardin : son livre de recettes de cuisine avec table des matières. Nous devons probablement à cette dernière un livre de cuisine, avec des recettes de desserts typiquement alsaciens comme le Mandelschnitten, les Badenwiller Bratzele, les Griespfluten, etc. La pâte feuilletée, les beignets de pomme de Marie Bonne Soupe, le biscuit Vaugiraud, la glace blanche, le pudding semoule, le gâteau Henriette, la crème au kirsch froide de madame Chevals, etc., etc. nous plongent dans l’impénétrable puisque les instruments et ingrédients sont eux-mêmes sources d’interrogations. Une petite croix au crayon indique sans doute que la recette a été testée : à la rubrique Soupe à la farine alsacienne est adjoint le commentaire “très mauvais”.

 

lettres de Pierre Poupardin à sa femme Suzanne

D’Alençon au Mans, 1917

En ce début d’année 1917, année dénommée « terrible » – qualificatif du à une profonde démoralisation suite à des combats sans fin : 154.000 hommes tués et des mutineries – la famille Poupardin est presque réunie. Pierre, est revenu du front, Suzanne, qui s’est réfugiée dès septembre chez les parents Handisyde à Rouen avec les trois enfants, le retrouve. Ils demeureront au Mans jusqu’à la fin de la guerre, l’hôpital militaire de cette ville devenant le principal lieu de travail de Pierre.

Le Mans est le siège du 4ème corps d’armée. La 4ème région militaire comprend les départements de la Mayenne, de la Sarthe, de l’Eure-et Loir, de l’Orne et une partie de Paris dont le 6ème arrondissement. Ceci explique la présence à la fois de Pierre à Alençon au début de l’année 1917 et la présence au Mans de ce Parisien qui habite au 118 rue d’Assas.

Pierre est mobilisé en août 1914 dans le cadre du Service de Santé des Armées au titre de médecin major.

Deux cartes laconiques adressées à sa femme en 1914 permettent de préciser un peu son parcours.

La première, datée du 10 septembre [1914] nous apprend qu’il est sur le front, dans l’Aisne.

[…] Après le mouvement de recul, on est reparti de l’avant, d’où le moral de tout le monde beaucoup meilleur, mais quel charnier sur la route et quel pillage partout [… ]

Une autre carte datée du 18 septembre [1914] nous apprend qu’il fait partie d’une unité médico-chirurgicale appelée « ambulance » toujours dans la zone du front :

Envoi du Dr Poupardin, médecin… major. 5ème division Res. Ambulance 2 :

[…] Je continue à aller bien mais nous passons des journées fatigantes à entendre le canon de tous les côtés et au besoin à recevoir de gros pruneaux comme les copains. Tâchons d’avoir de la veine, voilà tout. Nous avons beaucoup d’ouvrage et avons des blessés jusqu’à la gauche ; peu de tués. Il parait que les Allemands en ont beaucoup plus que nous […]

La bataille de la Marne a duré du 5 au 12 septembre de l’année 1914 et les combats meurtriers se poursuivent. A la fin de l’année, on compte déjà la mort de 310.000 soldats français, due aussi à l’impréparation des équipements du Service de Santé.

Pierre, épuisé, tombe alors gravement malade, il est sans doute transféré dans un hôpital d’évacuation. Jugé « inapte », on le retrouve donc en 1917 au Mans. Les trains sanitaires convoient les blessés militaires. On en a décompté 4. 266.000.  Pierre reprend le travail et se spécialise dans la chirurgie maxillo-faciale, au soin des « gueules cassées », chirurgie initiée par Albéric Pont à Lyon, et perfectionnée grâce à l’apport de la radiologie.

Pierre n’est donc pas mort au combat mais prématurément – comme tant d’autres. Le travail auquel il s’était astreint a réduit ses capacités physiques, et, d’après des témoignages familiaux rendu son caractère ombrageux.

Vingt lettres nous sont parvenues, la plupart datées de janvier 1917. Pierre fait un remplacement à Alençon et écrit à Suzanne restée au Mans. Ce ne sont donc pas des lettres de guerre à proprement dit mais nous sommes projetés dans une ville endormie dans un froid glacial … avec cette fois la guerre en arrière front …

Conservées par Marie-Françoise Tanon (1920-2017), fille de Pierre et Suzanne Poupardin, ces lettres ont été retranscrites par ses filles Francine Crola et Cécile Peyre, ses neveux Marc Poupardin et Claire Tissot.

 

 

 

I. [Alençon] Samedi 6 janvier [1917]

Ma chère petite femme,

Merci beaucoup de ta longue lettre d’aujourd’hui que j’ai trouvée ce matin en rentrant à 11 h.1/2. Tu vois que du Mans à Alençon elles ne mettent pas trop de temps, mais en est-il de même inverse, et cela m’intéresserait de savoir si tu reçois bien toujours les miennes le matin quand je les mets à la poste le soir, comme par exemple aujourd’hui.

Je suis content d’apprendre que Jean travaille bien. Félicite le de ma part et pour le lycée et pour son art d’inventeur.

À propos des colis, il sera préférable si tu en as jamais d’autres à m’envoyer de les expédier à l’hop. mixte[1]. J’y suis plus qu’à l’hôtel et surtout aux heures où passe le facteur. De plus, la réception pourra au besoin être faite de la poste au bureau de l’hôpital et le vaguemestre se bornera à me faire signer une 2ème décharge. Merci pour le cache nez mais au fond j’aurai[s] peut-être pu m’en passer et n’en pas priver ce pauvre Jean qui s’en sert plus que moi.

Aujourd’hui journée peu fatigante. Ce matin, hôpital et 4 toutes petites interventions. En tout 1 heure et ½ de travail. Puis commission de réforme n°1 avec le général, l’intendant Martin qui m’a sauté au cou, le commandant de gendarmerie etc. En tout 3 blessés à présenter. À 11h.1/2, retour à l’hôtel et repos jusqu’à midi.

Déjeuner où je ne meurs pas de faim si tu juges de mon menu. Macaronis en remplacement de croquettes de poisson, carottes avec sauce de haricot de mouton, pommes de terre frites, fromage, confiture et pomme. Le matin, j’avale un grand bol de lait avec pain et beurre et à 11 h. quand j’opère la sœur m’apporte un bol de bouillon de légumes. Elle m’en offre autant à 5 h. mais je décline le plus souvent.

Cette après-midi, repos après déjeuner où j’ai lâchement dormi. Puis, hôpital où j’ai fait faire qq [quelques] types d’états à me fournir pour avoir de quoi remplir une partie de mon futur rapport si c’est moi qui le fais. Tournée de contrevisites et retour à l’hôtel.

Je vais sortir tout à l’heure pour m’emplêter [sic] du papier à lettres et [d’] une carte des environs d’Alençon.

Mille bons baisers.

                                                                           Pierre

.

II. [Alençon] Dimanche 7 janvier [1917]

Ma chère Suzanne,

Cette fois ce n’est pas le matin à déjeuner mais hier soir au dîner que j’ai reçu ta lettre du 6 – et en recevant ces 2 lettres coup sur coup (puisque j’ai eu à midi celle du 5) je me suis demandé ce qui arrivait. Rien heureusement car j’espère que l’indigestion du jeune Claude est chose finie mais voilà 2 fois qu’il s’en paye une après les pois cassés qu’il aime bien pourtant. Il faudra peut-être un peu le modérer sur ce comestible sans le lui supprimer complètement.

Il est certain que les lettres paraissent aller vite entre Le Mans et Alençon et via versa.

Hier soir, lorsque j’ai eu fini ta lettre j’ai été la mettre à la grande poste, puis j’ai été m’emplêter du papier dont voici un spécimen. Tu vois qu’il est vaste et que si je remplis régulièrement mes 4 feuilles tu auras un peu de ma prose à lire. Coût 1.40 les 120 feuilles ce qui n’est pas trop cher. Je me suis également nanti de cartes de la région pour pouvoir me ballader [sic] et également me rendre compte des routes prises dans mes futures inspections si toutefois nous avons une voiture auto car il est de nouveau prescrit d’user le plus possible des trains (actuellement supprimés pour la plupart) et Gaudy proposait ce matin à déjeuner de nous faire faire nos tournées à pied un bâton de pèlerin à la main, mais rassure toi nous aurons notre auto. J’ai acheté une carte Tarride et 2 cartes d’état major au 50/10000. Alençon est naturellement dans un coin et pour avoir un bout très proche de la ville j’aurai[s] besoin que tu m’envoie sous enveloppe (CM.) – il est inutile de payer sans nécessité la nouvelle taxe – la carte d’état major Mayenne qui doit se trouver dans la malle.

Ce matin je me suis réveillé en te cherchant près de moi et j’étais navré que tu n’y fusses pas. Je me suis levé tard (on ne fait pas ici le service avant 9h. ¼ 9h ½ ce jour là, c’est l’usage) et pendant que je m’habillais le facteur est venu m’apporter tes paquets. Avec la nouvelle taxe il va vraiment être préférable d’envoyer les choses par colis postal car, m’a expliqué le facteur, on paye comme lettre à partir de 500 gr. Pauvres poilus. J’ai eu entre mon petit déjeuner et mon service le temps d’aller faire un petit tour en ville. Elle est vraiment cocasse avec sa Grande Rue aux vieilles maisons s’accommodant des fils de téléphone et de lampes à arc et d’autres coins au calme de village avec ses maisons à pignons et au besoin une vigne devant la porte. Et naturellement des couvents en veux-tu en voilà. Deux rivières traversent la ville, la Sarthe et la Briante. Sur elles j’ai vu 2 chutes d’eau dont aucune, hélas, ne fait tourner de dynamo.

Service à l’hôpital d’un dimanche peu foulant et en rentrant à 11h. 1/4 j’ai trouvé tous les gens sortant de la grande messe. Déjeuner. Macaronis pommes frites – fromage blanc confiture, galette des rois – et pendant le déjeuner projet de promenade pour aller voir avec Fontaines le médecin du 103[2], lui aussi récent à Alençon, des carrières de granit qui sont aux environs et d’où viennent probablement pas mal des cailloux ramassés par les enfants. Mais à 14h. moins ¼ la pluie arrive en trouble-fête. Je suis remonté dans ma chambre, me suis étendu sur mon lit, ai fermé les yeux et ai instantanément dormi jusqu’à 4 h. À partir de ce moment je t’écris. Tout à l’heure je vais aller faire mon tour à l’hôpital.

Je n’ai rien reçu de papa depuis que je suis ici.

Voilà Thérèse[3] qui prend l’habitude de fréquenter la zone des armées. Mais je comprends plutôt Beauvais qu’Amiens.

Meilleurs baisers aux enfants et plus bons encore pour toi.

                                                                                        Pierre

.

III. [Alençon, lundi] 8 janvier 1916 [sic pour 1917]

Ma chère petite Su,

C’est à toi aujourd’hui que j’envoie qques cartes postales. Voici d’abord la rue St-Blaise au bout de laquelle se trouve mon hôtel. C’est l’une des rues chic de la ville puis voici la rue du Bercail à l’un des bouts se trouve la poste, à l’autre bout la cathédrale et la Grande Rue qui fait suite à la rue St-Blaise, enfin, voilà une autre vue de l’hôpital prise d’un pont de la Sarthe.

Aujourd’hui journée grise et pluvieuse même ce soir.

Ce matin, hôpital, avec les opérations de hernie. Ce soir, inspection à l’hôpital du lycée qui est bien tenu et où je n’ai rien à en dire. Ils ont en tout 47 blessés alors qu’ils pourraient en avoir 200. Puis contre visite à l’hôpital et enfin retour à l’hôtel sous une petite pluie froide qui vous fait trouver agréable la chambre bien chauffée. Je n’ai pu à cause du vilain temps continuer mes pérégrinations dans la ville où il y a encore pas mal de vieilles maisons à voir.

J’ai aujourd’hui à midi trouvé un petit mot de papa où il ne me dit pas grand-chose mais où il parait plus rassuré sur mon sort. Je lui avais écrit que j’étais matériellement bien installé (mais pour être vraiment bien, il faudrait que tu sois là).

Bien entendu j’ai trouvé aussi ta lettre – comme les enfants ont une multitude de jouets – avec cela ils vont bien pouvoir s’amuser. Merci des nouvelles que tu me donnes d’oncle Marc[4], Raymond, etc. Merci aussi de la longue lettre de tante I[sabelle Dussaud][5]. et j’ai été content d’y trouver des nouvelles de tante Élisabeth [Kœchlin][6] mais moins de celles-ci. Il me semble que Michon devrait avoir plus la direction du traitement puisqu’il s’agit de maladie chirurgicale. À propos de chirurgie, la mère Petit ne semble pas bien brillante. Elle était salement handicapée quand elle est venue à l’hôpital.

Nous avons eu aujourd’hui des nouvelles d’Audefage[7]. Il continue à soigner “sa saleté”, c’est son mot, et pense être rentré à Alençon dans le courant de février. C’est au moins son impression.

Je n’ai jusqu’ici pas circulé à bicyclette. Il faut tout juste 5 minutes pour aller à l’hôpital et aujourd’hui il faisait bien mauvais pour employer ce procédé pour aller au lycée.

Je pense t’envoyer un de ces jours mon livret de solde pour que tu puisses toucher mon traitement mais je sais [en travers de la 1ère page, sur le côté gauche] que l’année dernière ils m’avaient demandé l’ancien pour toucher le mois de décembre et me l’avaient d’ailleurs donné sur celui de 1916 parce que je n’avais pas celui de 1915.

Bons baisers pour vous tous.

                                                                                          Pierre

.

IV. [Alençon] Mardi 9 janvier [1917]

Ma chère Suzanne,

Dire que voici déjà une semaine que je t’ai laissée au Mans – enfin c’est déjà autant de jours qui nous rapprochent du moment où nous pourrons nous revoir.

Aujourd’hui, comme du reste hier soir en fin de soirée, temps infect avec neige qui fond à mesure qu’elle tombe et température très refroidie. S’il fait un temps pareil au Mans, pousse la salamandre et fais du feu dans ta chambre – au besoin remplace ton mari absent par un cruchon.

Ce matin, 3 opérations d’appendicite et de hernie. Cette après-midi, visite dans les salles. Je pensais aussi faire une inspection mais j’y ai renoncé, le médecin de l’hôpital que j’aurais été voir ayant été appelé à Dreux pour un service jusqu’à jeudi.

Merci de ta lettre reçue cette fois aux aurores. J’étais parti ¼ d’heure plus tard à l’hôpital. Bien sur que j’avale régulièrement ma pipérazine – au moins le matin car le soir, j’oublie qq [quelques] fois comme au Mans, d’ailleurs.

Voilà le jeune Claude qui prend maintenant son huile de ricin mieux que père et mère. C’est parfait.

Tu as joliment bien fait de garder Jean à la chambre s’il est enrhumé. Je te recommande pour lui l’inhalation et pommade de Reclus. Veux-tu que je te réexpédie mon cache nez ou sans cela emplête lui en un.

Je crois que la leçon de choses de Prou [?] complètera bien l’autre. C’est plus amusant pour les enfants et les adultes d’avoir des détails plutôt qu’un résumé trop succinct.

Merci pour les cartes de Mayenne mais elles ne paraissent pas se raccorder bien avec les miennes ou je n’ai pas trouvé le truc.

Hier, j’ai envoyé à papa un petit mot sur la vue du palais de justice d’Alençon assez insignifiant d’ailleurs.

Je termine parce que le courrier va partir et qu’on a sonné le dîner.

Bons baisers aux enfants et pour toi. Ci-joint mon livret de solde.

                                                                                          Pierre

.

V. [Alençon] Mercredi 17 janvier [1917]

Ma chère petite Su,

Journée assez intéressante à te raconter aujourd’hui. J’ai dormi tard suite de mon expédition en auto et ce n’est guère que vers 5 h. que j’ai entrouvert un œil.

Hôpital où je n’avais que la visite à faire (par parenthèse j’ai perdu un de mes blessés qui s’est octroyé de son propre chef une permission de x temps) puis établissement de mon rapport d’inspection ce qui m’a mis vers midi.

Après déjeuner, j’ai dormi jusqu’à 4 heures et je n’ai eu que le temps d’aller voir mes poilus pour occuper la fin de journée.

Il fait aujourd’hui de nouveau mauvais. Ce matin et cet après-midi il a neigeoté. Ce soir, ça se met à tomber à gros flocons, ce qui nous promet un temps charmant pour l’expédition Bagnoles et Domfront que nous avons à faire demain. Je vais prendre mes précautions et adjoindre à mes tricots ma vieille veste bleue sous ma capote et surtout mes caoutchoucs avec guêtres et comme cela je serai paré. Bien entendu, nous circulons Gaudy et moi en cette saison avec les toiles, capote relevée. On voit moins le paysage mais on a plus chaud.

Je ne trouve pas les notes de Jean mauvaises ni sa place non plus. Quant au travail de mon fils junior, je trouve plutôt que c’est celui d’un singe que d’un garçon du moment qu’il n’en a pas encore fini avec le petit âne.

Tant mieux si ta lecture t’amuse et t’intéresse. Pour ma part, j’avais trouvé les articles d’ailleurs parus dans L’Illustration en 2ème page pendant 2 ou 3 ans plutôt filandreux et soporifiques ce qui a son charme parfois.

J’espère que Simone aura été plus charmée par la carte postale envoyée la dernière que par celle du petit nègre. Et dire que René[8] lui en a envoyé d’à peu près analogues en même temps.

Si j’ai le temps demain je tâcherai de me procurer qqs vues de Bagnoles ou de Domfront mais je ne sais si ce sera bien agréable de circuler en ville.

Bons baisers pour toi et les enfants.

                                                                                                Pierre

.

VI. [Alençon] Mercredi [1917]

Ma chère Suzanne

Merci de ta lettre reçue cette fois à midi seulement. J’étais parti à l’hôpital de bonne heure pour opérer un médecin d’ici d’hémorroïdes à l’anesthésie locale. C’est ma spécialité.

Je ne suis pas content du tout de M. Claude et pour le lui montrer, j’envoie deux cartes postales pour Jean et Simone mais rien du tout pour lui. Il ne le mérite pas.

Jusqu’ici, je ne me suis livré à aucune lecture, mais je ne doute pas qu’on puisse se procurer à Alençon des bouquins comme à Mayenne.

En ce moment, quand je suis dans ma chambre, j’écris ou je fais mon petit somme quand je ne lis pas Le Matin qui, par parenthèse, avec la suppression des trains, n’arrive plus qu’à 5 heures.

Il n’y a pas des blessés nouveaux dans le secteur depuis un mois et la plupart des autres sont en bonne voie de guérison.

Outre l’Hôtel Dieu, il y a trois hôpitaux[9] dans la ville et j’en ai encore deux à voir. Ce sera vraisemblablement pour la fin de la semaine.

Aujourd’hui, journée calme : ce matin, j’avais cette opération d’hémorroïdes et c’est tout. J’ai passé ma matinée à revoir des pansements. Cet après-midi à 4h, je devais avoir séance de la R1 (réforme n°1 pour les blessés en réforme temporaire depuis 3 mois). Ce n’est rien à faire mais il y a eu contre-ordre ; aussi n’ai-je eu que ma contrevisite avec également examen de quelques pansements.

J’ai reçu une lettre de papa où il m’envoie un bail Berthod pour la faculté de dénoncer au cours de la prochaine période de bail. Je n’y trouve aucun traquenard possible et je vais le signer.

Papa me dit avoir écrit encore pas mal de DAA[10], et aller cahin caha. Il a reçu la visite des Paul Heff[11] qui lui ont donné de bonnes nouvelles de R[ose] de tante Henriette.

D’après les nouvelles qu’il avait de tante Élisabeth, celle-ci irait plutôt mieux.

Bons baisers ma chère petite Suzanne, pour les enfants et de meilleurs encore pour toi,

                                                                                      Pierre

.

VII.  [Alençon] lundi soir 20h ¼ [1917]

Ma chère petite Su,

Je reçois ta lettre et la convocation y contenue. Je référerai au S. de S. 4ème Région, mais on a dû m’oublier sur une liste quelconque.

À propos d’oubli je n’ai pas mis dans ma 1ère lettre celles de papa.

Mille bons baisers.

                                                                                  Pierre

.

VIII.  [Alençon] Vendredi [12 janvier 1917]

Ma petite femme chérie.

Hier je t’ai envoyé une lettre un peu courte parce que j’étais rentré très tard 7 h ¼ de la soirée musicale où par parenthèse on n’a fait que très peu de musique. Aujourd’hui la journée est plus calme et j’ai plus de temps pour t’écrire. Ce matin 2 petites interventions : ablation sous écran d’un éclat dans le bras et de deux morceaux de fil de fer provenant d’une grenade boche dans le bras. Puis visite du service et retour à l’hôtel vers midi.

Après déjeuner – salade de betteraves et de légumes variés purée de pommes à la sauce Robert (pour Simone) et desserts variés – petit repos. À 2 heures commission d’examen pour réforme n° 1 puis contrevisite, lecture du journal étendu et enfin correspondance.

Merci de ta lettre du 11 janvier que j’ai eue avec une lettre de tante I. avant mon départ à l’hôpital. Comme Crapouillot[12] manifeste des intentions plus honnêtes je lui envoie ainsi qu’à son frère et sa sœur une carte postale. Mais jusqu’ici je n’ai pas trouvé à Alençon de cartes de poilus ou de TP[13]. Il fait aujourd’hui beaucoup moins froid ici mais vraiment ces jours-ci je n’aurai[s] pas été bien si je n’avais pas eu une chambre chauffée. Mon lit est très bon et bien couvert – couverture de laine 2 édredons – j’y dors bien et ne suis réveillé que vers 5 h. par le carillon de la cathédrale. Je me rendors aussitôt après m’être levé une minute, tu comprends pourquoi, et ne me réveille définitivement qu’au petit jour vers 7 h. 10. Je n’ai pas de rideaux mais des volets pleins au travers desquels passe la vague lumière d’un bec de gaz ou d’un globe électrique, je ne sais pas au juste lequel. La lune ne me trouble pas avec ce temps couvert.

Merci d’avoir été toucher ma solde. Il ne restera qu’à m’envoyer le livret d’ici qqs jours. Je ne sais encore d’ailleurs si mon prochain traitement se touchera au Mans ou à Alençon. Ce sera une affaire à débrouiller avec M. Martin[14].

Je ne sais si les médecins profitent de la guerre pour se faire opérer. Je crois plutôt qu’ils souffrent plus de petites incommodités de la vie courante. En tout cas le dernier que j’ai charcuté est enchanté.

À propos des grève j’en pense comme le citoyen Hervi [ou Hervé] (voir l’article du Matin de hier).

Ma santé va bien jusqu’ici et je ne me sens nullement fatigué. Comme j’ai oublié qq fois de prendre le soir mon motropine et ma pipérazine je continue un peu plus longtemps la série.

Je reviens sur l’analyse d’André[15]. Il est vraiment impossible de donner un conseil sérieux sans avoir plus de données. Si tu sais qq chose fais le moi savoir pour que je puisse écrire à Thérèse. Mais en somme cette analyse me parait plutôt rassurante.

J’ai oublié de te répondre à propos de mes presses. Tu pourrais m’envoyer en petits paquets les anciennes (sous bande) et m’adresser les nouvelles correspondances militaires sous enveloppe à moins que tu n’avertisses le facteur de mon changement d’adresse.

Bons baisers.

                                                                                              Pierre

.

IX. [Alençon] Samedi [1917]

Ma petite Su chérie,

Vite, un petit mot ce soir pour que tu l’aies demain encore.

Aujourd’hui, 2 petites opérations de rien du tout, puis commission de réforme avec le général. A 11 h. tout était fini et j’ai été me faire couper le poil.

Cette après-midi, visites à 2 des hôpitaux d’ici où j’ai eu à constater pas mal de choses de travers : cahiers non tenus, et surtout poilus médiocrement soignés. Audefage n’était pas passé le mois dernier et cela se ressentait. Puis, contrevisite et je me suis attardé à l’hôpital à regarder des circulaires anciennes concernant mes fonctions.

Froid noir aujourd’hui, ou plutôt blanc car ce matin il y avait une bonne petite couche de neige avec un verglas soigné. Je ne me suis heureusement pas mis les fers en l’air.

Merci de ta lettre et de mon livret ; le tout reçu hier au soir.

Les petites réunions du jeudi sont quelconques et je m’en serais volontiers dispensé si, n’ayant eu à voir Rieucreux[16] pour le service, il ne m’avait dit : « on vous verra tout à l’heure » du ton du monsieur qui espère bien qu’on ira.

Je pense écrire un mot demain à Thérèse pour lui demander des explications sur l’analyse en question.

Merci des nouvelles que tu me donnes de Fécamp[17].

Sur ce, je termine en t’envoyant mille baisers.

                                                                                             Pierre

.

X. [Alençon] Dimanche [14 janvier 1917]

Ma chère petite Su,

Bien entendu que je songe à ne pas laisser passer mon tour de permission. J’en ai déjà parlé à M. Rieucreux, médecin-chef de la place qui va prévenir la direction et s’entendre avec elle sur le moment où je pourrai partir. Mais cela ne pourra avoir lieu que le 25, les autres médecins d’ici ayant avant mon arrivée réglé leur tour (Audefage comptant comme chef de secteur). De plus Rieucreux doit partir qqs [sic pour quelques] jours à Paris à la commission consultation et ce n’est qu’à son retour que ma situation pourra être réglée définitivement.

Moi aussi j’ai fait à ce point de vue mon petit château en Espagne. Retourner au Mans y passer 24 ou 36 h. et partir pour Paris avec toi en confiant les enfants à Marie. Retour au Mans après 2 ou 3 jours de Paris. À ce moment, j’essayerai de régler ma situation ultérieure avec A et B. Mais pour cela il faut pouvoir partir et il faut également que les enfants aillent bien.

Si Jean continue à tousser je ne verrai qu’avantage à lui appliquer un sinapisme (cataplasme) étendu mais pas trop fort.

Aujourd’hui lever tard. Service. Déjeuner en petit comité. 3 présents les autres en permission. Après déjeuner repos et un peu de cafard d’être seul par journée grise. Pour le secouer j’ai fait le tour extérieur de la ville. Vu de belles dentelles exposées à l’École dentelière. Visité le musée où il n’y a rien que qqs croquis de Nicolas Poussin. En retournant à l’hôpital j’ai rencontré Martin avec qui j’ai fait un bout de causette. Respectueux hommages pour toi et amitiés à Jean du fils Martin.

Puis tournée à l’hôpital et bavette avec mon opéré qui vient lui aussi de la 53ème Div. C’est cocasse n’est ce pas.

Au cours de mes pérégrinations en ville j’ai fini par dégoter très loin d’ici des cartes illustrées. Tu me diras l’effet produit.

Avec tout cela je n’ai pas encore écrit à Thérèse. Ce sera pour après diner sans doute.

Bons baisers aux enfants. Je t’embrasse très très fort.

                                                                                                  Pierre

.

XI. [Alençon] Dimanche [14 janvier 1917]

Ma chère petite Su,

À force de t’écrire une page et demie par jour, je me trouve à la tête de nombreux bouts de papiers et aujourd’hui, j’en prends une série pour t’écrire.

D’abord, merci de ta lettre bien reçue ce matin. Brrr ! Quel froid vous avez dû avoir pour que le robinet de la cuisine gèle et que la cave se refroidisse à ce point. J’espère d’ailleurs que cela va se dégeler peu à peu et sans funestes ruptures de tuyaux. Si tu crois que c’est à la cave que ça a gelé, il faudrait allumer le poêle à pétrole quelques instants, mais j’en doute. 4 à 6 degrés dans les pièces, ce n’est pas assez. Tu devrais complètement en fermer quelques-unes et vous vous tiendriez dans une seule toute la journée – mais peut-être est-ce d’ailleurs une mauvaise pratique.

C’est probablement le froid qui amène à Jean ses envies impérieuses d’uriner. Au besoin, mets-lui ma ceinture rouge pour qu’il ait bon chaud aux reins.

Bravo pour sa place : il semble que les leçons de Sceaux aient porté leur fruit.

Mon mot savant est « miso-gyne » du grec misos : ennemi, comme dans misanthrope et de l’autre ɣuvaixn (yunaiké) qui veut dire femme, comme dans gynécologie.

J’oubliais de te dire encore que ce matin, j’ai aussi reçu ton petit paquet de chez Hamel et une lettre de la direction me disant de prévenir la place de Paris que j’étais à Alençon et qu’on me ferait passer au Mans la visite des inaptes. Pressentant celle-ci, j’ai fait faire une analyse d’urine qui donne : Urée 19 gr. Très bien. Chlorures 16 gr. Très bien et Albumine 1 gr. Moins bien mais pas trop mal avec ma situation actuelle.

Cela ne signifie pas grand-chose d’ailleurs, sinon qu’il faut encore m’inapter.

Aujourd’hui, lever tard. J’avais pâli hier soir sur un bouquin de Wells[18]. Déjeuner. Hôpital où tout va bien sauf mon rapport dont toutes les pages, y compris les refaites, sont tapées en dépit du bon sens. Voilà le travail de femmes payées presque 5 F. par jour et qui mettent deux jours à taper un rapport que j’avais fait en trois heures de temps au plus. Puis, j’ai été voir avec Riocreux [sic pour Rieucreux] mon médecin malade d’hier soir. Il n’y a pas eu moyen de le décider à venir à l’hôpital. J’aurai donc la corvée de faire ça à son hôtel demain matin.

Demain également, il faut que j’assiste à l’enterrement d’une vieille sœur qui s’occupait des militaires avant 1870 (c’est vieux) et qui est médaillée de cette époque.

Pendant ce temps, je n’opérerai pas, ce qui n’avancera pas la besogne.

Après déjeuner, je me suis étendu quelques instants sur mon lit et j’ai dormi jusqu’à 3 h. puis je suis parti faire un tour à ces carrières dont je parlais. C’est tout près d’Alençon, guère plus loin que l’Épau[19] du Mans et on y voit quelques beaux blocs de granit et de belles surfaces de glace, le fond des carrières étant plus ou moins inondé et gelé.

Je suis rentré de là avec une mine de capitaine et les joues qui me brûlent, mais plutôt un peu abruti et j’ai plus envie de dormir que d’aller dîner.

Au retour, contre-visite accompagnée d’un bol de bouillon de légumes et depuis, correspondance.

Je n’ai rien reçu de Bertha[20] ou de papa à propos de l’envoi de ma pelisse. J’espère avoir une lettre demain et le manteau aussi peut-être.

Mille bons baisers.

                                                                                         Pierre

.

XII.  [Alençon] Lundi [15 janvier 1917]

Ma chère petite Su,

Je suis furieux contre papa et Bertha. Ce matin je reçois une lettre du 23 [sic pour 13] (elle a mis 2 jours parce que papa ne met jamais les lettres à temps dans la boîte) où il me dit que Bertha ira peut-être dimanche chercher ma fourrure pour me l’envoyer. Vraiment il exagère le je m’en foutisme de ce qui ne le regarde pas personnellement ou bien tu n’as pas écrit à Bertha de m’expédier d’urgence et par les moyens les plus rapides ma fourrure. Comme cela je suis sûr de ne pas l’avoir mercredi et j’ai à circuler en auto. Jeudi aussi d’ailleurs.

Je ne sais quand je rentrerai au Mans. Audefage, après avoir écrit à la direction qu’il rentrait le 8, ce qui m’a empêché de prendre ma permission, parle dans une lettre écrite à Desery de rentrer vers le 15. Il faudrait vraiment que celui-là sache un peu ce qu’il veut faire.

En attendant froid de 15 degrés et neige toute la journée. Ce sera gai pour rouler mercredi.

Ce matin j’ai été ouvrir l’abcès de mon médecin – opération facile d’ailleurs, mais garçon insupportable pour qu’il ne voulait pas de pansements sur sa plaie. Ça le gène, trouve-t-il, d’avoir sa fesse bandée. Puis l’hôpital et vers 10h cérémonie de l’enterrement. Étaient présents le général, le commandant du dépôt de chasseurs qui a, avec son monocle et son crâne chauve, un bien bonne tête, pas mal d’officiers, délégations de troupes etc. Remarqué pendant la cérémonie un suisse épatant vêtu d’une tunique noire forme 1830 avec col et revers de manches en petite flanelle rouge vif, pantalon rouge d’ordonnance, épée d’officier d’administration et chapeau tricorne recouvert de toile cirée et petit enfant de cœur [sic] qui pendant toute la cérémonie à l’église n’a pas cessé de regarder ses mains cachées sous de gros gants de laine blancs et rouges. Puis en route pour le cimetière. Dans les vieilles rues d’Alençon, sous la neige, toutes les cornettes faisaient un effet étonnant presque d’un autre âge. Petit discours de Rieucreux au cimetière et la cérémonie faite, chacun s’en fut chez soi, comme dit la chanson.

Cette après-midi repos jusqu’à 3 h. puis inspection de l’hôpital aux. [auxiliaire] 108 – femmes de France, école normale de jeunes filles dans un grand parc – comme à Rouen. 5 blessés dont 1 sortant 2 autres à expédier chez moi pour retard incompréhensible de guérison. Tu vois que c’est maigre pour 6 infirmières.

De là j’ai été à l’hôpital du Lycée – 25 blessés – 9 sortants – donc l’hôpital à peu près vide aussi. Puis hôpital mixte où j’avais 7 entrants arrivés de Domfront. Ils ont mis 3 semaines à m’arriver à 5 f. par jour pour chacun. Tu vois le gaspillage.

Et que dis-tu de Wilson[21] ? Si cela pouvait sérieusement embêter les Boches.

Mille bons baisers.

                                                                                  Pierre

Si je ne suis pas rentré définitivement avant samedi, je te propose de venir de nouveau de samedi à lundi au Mans à moins que tu ne préfères le contraire.

.

XIII.  [Alençon] Lundi [22 janvier 1917]

Ma chère petite Su,

J’ai fait hier un bon voyage en compagnie d’un vétérinaire militaire et d’un officier de chasseurs blessé à l’œil qui sont tous les deux descendus à Alençon en même temps que moi.

Je suis passé à l’hôpital déposer mon paquet, puis en route pour le mixte où j’ai tout trouvé en bon état.

J’ai eu hier une lettre de papa contenant une lettre de Marcel P[oupardin]. je te la transmets ainsi que celle que j’avais précédemment reçue de papa et que j’ai oublié de te montrer dimanche.

Papa se plaint d’avoir uriné quelques gouttes de sang : un peu de cystite je pense. Je lui ai recommandé d’aller voir Legueu [?] ou Michon si cela continuait.

Hier soir, au dîner Gaudy m’a appris qu’il avait été obligé de pousser son auto dans une côte tant cela glissait sur la neige.

Froid noir à Alençon hier au soir, aussi ai-je écrit à l’oncle Daniel pour lui demander sa veste de cuir s’il la possède encore, et immédiatement aujourd’hui le ciel s’est couvert et il fait moins froid.

Ce matin, deux petites opérations à l’hôpital et visite des salles. Également ce matin, j’ai trouvé au dit hôpital la lettre que j’avais écrite à l’oncle Daniel à propos de Marcel, et qui m’était retournée. J’avais mis 135 au lieu de 235 [Bd Saint-Germain, Paris]. Pas de veine. Je l’ai retournée immédiatement avec la bonne adresse.

Cette après-midi, j’ai été après déjeuner me faire couper le poil, mais par un autre coiffeur qui m’a un peu plus tondu. J’ai remplacé le shampooing par une friction.

Puis, trois plâtres à l’hôpital et à 5h. rapport hebdomadaire au médecin chef.

Quand j’ai quitté l’hôpital, il faisait encore bien de clarté : décidemment, les jours rallongent déjà ferme le soir et me voici rentré solitaire dans ma chambre avec le regret que les excellentes 36 heures passées au Mans se soient si vite écoulées.

Je vis maintenant dans l’attente de samedi prochain et de ta venue,

Mille bons baisers.

                                                                                      Pierre

.

XIV. [Alençon] Vendredi [1917]

Ma chère petite Su,

Merci de ta lettre bien reçue ce matin après mon départ pour l’hôpital.

Je ne suis pas du tout de ton avis au point de vue de ta situation future comme infirmière au mixte. Tu seras bien plus agréablement avec quelques dames de ton monde et qui plus est de la société protestante B.S.P. qu’avec des religieuses qui te feraient grise mine et des infirmières laïques d’hôpital dont le rôle est des plus effacé et qui ne sont guère que des filles de salle incapables de s’occuper d’un pansement. Au Mans, il n’y a pas d’infirmières comme les bonnes infirmières de l’A.P.

Je suis navré de voir que quand je suis parti, mes deux fils se conduisent mal. L’aîné colère et le junior insupportable. Ont-ils besoin, l’un et l’autre d’être soigneusement époussetés par moi pour être sages.

J’espère que la mairie ne va pas continuer à t’envoyer à loger des gendarmes et autres militaires. Tu n’as aucun lit à leur donner et ma position d’officier fait que je n’ai pas à subir la corvée des billets de logements.

Pour madame Detui, je crois qu’il sera facile de lui donner le certificat en question à condition que je spécifie dedans que c’est la mère du lieutenant-colonel Detui (je n’ai le droit de le soigner comme civil que les parents de mobilisés), mais j’aimerais bien mieux tenir les renseignements sur l’état de sa santé de madame Detui que du potard. Elle doit savoir ce que sa belle-mère suit comme régime.

Pour les engelures des pieds des enfants, tu pourrais avec avantage employer un peu de pommade de Reclus et les lavages des pieds à l’eau chaude le soir en se couchant. Ça ne réussit souvent pas mal. Fais leur également laver les mains à l’eau chaude ou tiède chauffée près de la salamandre.

Papa écrit très peu ces temps-ci. Si j’en crois l’oncle Daniel, il doit être plongé dans les DAA à finir avant l’édition suivante. Je ne crois pas du tout qu’il pense que tu aies dû venir à Paris.

C’est ennuyeux que René soit toujours enrhumé et qu’il ne puisse se procurer du charbon.

Et toi, en as-tu encore ? Il ne doit pas non plus être facile de s’en procurer au Mans. En tout cas, ne te laisse pas geler, ni au Mans, ni en venant me voir et n’hésite pas à te payer des bas de laine ou des guêtres pour ne pas avoir froid.

Tu pourrais peut-être m’apporter ma troisième paire de chaussettes, et si tu prends ton grand sac avec housse, je te donnerai à rapporter quelques objets pour n’être pas moi-même trop encombré avec ce que j’ai fait venir depuis mon arrivée ici.

Hier soir, la conférence avec projections sur les maladies vénériennes de Thibaud n’était pas mal, mas j’ai été ensuite me coucher avec plaisir.

Aujourd’hui, journée calme : une opération le matin et séance de réforme. Cette après-midi, une ablation de projectile sous la peau et grande visite.

Demain, je pense pouvoir aller te chercher à la gare. Si j’avais un empêchement, prendre la rue en face de la gare jusqu’au bout ; tourner à gauche sur une place et prendre la rue St-Blaise jusqu’au bout où est mon hôtel. J’occupe le n° 23. Ci-joint plan de la ville.

[Plan ms dessiné du trajet de la gare d’Alençon à l’hôtel.]

Mille bons baisers.

                                                                                               Pierre

.

XV. [Alençon] Lundi [1917]

Ma chère petite Su,

Tu trouveras inclus à ma lettre une jolie carte postale que tu pourras mettre dans la boite à peu près au moment où vient le facteur. Elle n’est vraiment pas mal avec son timbre et ses cachets. Tu me diras si Simone est de cet avis.

J’ai reçu aujourd’hui ta lettre avant mon départ pour l’hôpital. C’est dire que je ne suis pas parti de trop bonne heure. J’ai fait les 3 petites opérations que je m’assigne comme besogne courante et ma visite des salles. Cette après midi bon somme après le déjeuner puis tournée à l’hôpital. Quelques paperasseries à signer et bain au dit hôpital dans une cabine très spacieuse en faïence avec une baignoire dernier cri, où je puis m’allonger tout mon long ce qui n’est pas commun. J’avais comme précaution mis mon gros tricot pour ne pas avoir froid en sortant.

Demain inspection en commun avec Gaudy à Argentan le matin et à Sées l’après midi. Nous ne partons pas de trop bonne heure et nous réservons un large laps de temps pour déjeuner. Nous pensons être rentrés à 4 h. 1/2 ou 5 h. à Alençon. Je vais bien me couvrir et mettre un caleçon chaud et mon gros tricot en plus. Il fait d’ailleurs beaucoup moins froid aujourd’hui.

Je suis content de voir que le rhume de Jean va mieux mais à propos de lui tu ne m’a pas dit quelle était sa place en lecture après m’avoir fait espérer qu’il était dans les 10 premiers.

Pauvre papa comme il se tourmente C’est vraiment une maladie, mais pauvre Bertha aussi. À ce propos je lui ai envoyé une carte postale avant-hier.

Comme je te le disais dans mon enveloppe j’ai écrit hier à Thérèse, encore avant diner et lui demande des renseignements complémentaires. Je ne sais vraiment pas si André n’a pas beaucoup d’urée à cause de son alimentation ou s’il n’en élimine pas assez, son foie fatigué ne lui permettant pas de transformer totalement en ce produit les matériaux albuminoïdes qu’il brûle. Il en ferait alors seulement de l’acide urique dont il éliminerait une partie et conserverait précieusement le reste pour le plus grand bien de ses rhumatismes à venir.

J‘aimerai[s] bien pouvoir venir facilement passer mon dimanche mais en ce moment ça n’est pas commode. D‘abord à cause des trains : il y en a pas mal de supprimés. C’est surtout le retour qui serait pénible, et puis parce qu’il faut que le service se fasse. Beaucoup de médecins n’ont rien à faire ou ne font pas ce qu’ils devraient faire mais en somme on est en guerre et pas là pour s’amuser. D’ailleurs certains officiers travaillent le dimanche et quand j’ai rencontré Martin il allait à son bureau. Je ne dis pas que de temps à autre je ne pourrai pas venir mais pas tous les dimanches comme le monde pense que je puis le faire.

Le mot corvée est de trop pour les réunions du jeudi mais le mot follichonnerie l’est aussi et je pense pouvoir m’en abstenir de temps en temps. D’abord jeudi prochain j’y coupe, Rieucreux n’étant pas rentré.

Il va falloir que ce soir après diner je fasse la couturière. J’ai un bouton de caleçon sauté au blanchissage et un bouton de veste à consolider. Comme j’ai aussi à lire le roman du Matin ça m’occupera avant de m’endormir.

Et toi, lis tu beaucoup et quels bouquins : romans ou choses plus sérieuses. Les enfants lisent ils aussi ? Je pense que Jean aura dimanche avancé son livre puisqu’il est resté à la chambre.

Ci-joint une carte postale pour toi représentant l’ensemble de la grande place de la ville – vraiment grande. De dte [sic] à gauche : mairie très bien où se trouve le musée, palais de justice et château devenu prison comme à Mayenne.

Mais voici qu’on sonne la cloche du dîner et je vais mettre ma lettre à la boite parce qu’on dine à l’hôtel à 7 h ¼ et que je préfère ne pas re sortir ce soir.

Mille baisers.

                                                                                         Pierre

.

XVI.  [Alençon] Jeudi [1917]

Ma chère petite Su,

Cette fois c’est le vrai petit mot que je t’écris. Nous avons fait notre tournée qui s’est très bien passée. Il faisait très bon dans l’auto avec mes 2 paletots l’un sur l’autre et mon caoutchouc. Presque partout de la neige ce qui était très joli. Nous avons dîné ce soir avec Matignon venu ici en inspection et c’est ce qui m’a empêché de t’écrire. Je mets ma lettre à la poste espérant qu’elle t’arrivera encore mais ça sera juste.

Bons baisers.

PS. Pour le compère [Loriot], lavage de l’œil avec quelques gouttes d’argyrol dans de l’eau.

                                                                                      Pierre

.

XVII. [Alençon] Jeudi soir [1917]

Ma petite Su,

Merci de ta lettre reçue cette fois hier au soir. Renvoie-moi le livret de solde une fois que tu auras touché le montant. J’aurai d’ailleurs probablement à le renvoyer au Mans pour le faire arrêter par l’intendance avant de pouvoir toucher ma solde de janvier. Bravo pour Jean il ne lui reste qu’à apprendre qu’il a le n°1. Je n’ai reçu de papa qu’une analyse d’urines d’ailleurs pas mauvaise. Je ne sais trop que penser de l’analyse d’André où l’urée est un peu au-dessous de la normale est-ce question de régime ou autre chose – et avant de pouvoir donner un avis plus ferme j’aimerais bien avoir des détails sur sa santé. L’analyse d’urine seule ne signifiant pas grand-chose.

Cette après-midi thé musical chez M. Rieucreux complété par une alerte de zeppelins bon moyen pour faire observer les ordonnances sur l’éclairage des magasins. En relisant ta lettre je vois encore l’article du Cri. Ce n’est pas par ici que cela s’est passé. Quant aux de Beauréal, ils se lancent dans le sale tripatouillage médical – Enfin depuis on peut s’attendre à tout. Je te quitte, ma chère Suzanne, parce qu’il faut aller mettre ma lettre à la grande poste.

Mille et mille baisers.

                                                                                                  Pierre

P.S. Froid noir aujourd’hui et neige ce soir. Heureusement que ma chambre est bien chaude. Fais le feu nécessaire et ne te laisse pas geler

.

XVIII. [Alençon, jeudi] 1er février [1917]

Ma chère petite Su.

Zut pour la carte de sucre qui me prive de ta venue. Mais les devoirs de chef(e) de famille d’abord évidemment.

Et puis il fera peut être samedi un temps déplorable qui aurait empêché ta venue si tu avais pu venir.

C’est ce matin aux aurores que j’ai reçu ta lettre. J’ai été réveillé de bonne heure par des marchands de chevaux qui ont envahi l’hôtel jusqu’à samedi, jour de la grande foire de l’année. Ils font un boucan du diable et sillonnent les couloirs et les rues d’Alençon avec leurs peaux de bique. À propos de fourrures j’ai rencontré cette après midi Louste[22] venu à Alençon pour s’en aller inspecter l’hygiène des casernes. Il met tout simplement sa pelisse et m’a vivement conseillé d’en faire autant. Tu pourrais donc écrire à Bertha pour qu’elle me l’envoie bagages non accompagnés ou autre procédé rapide. En me prévenant de son départ j’irai la chercher à la gare. Come cela je serai paré si je suis obligé de faire une nouvelle ballade [sic] en auto ce qui peut fort bien arriver et surtout je suis sûr de voir arriver le dégel. Pour le voir se faire, il n’y aurait également qu’à instituer une séance de patinage sur la Sarthe ou ailleurs. À ce propos j’interdis aussi formellement à mon fils de descendre sur la glace de cette rivière même s’il voit des multitudes d’enfants le faire. La glace des rivières est toujours très dangereuse à moins d’avoir plus de 20 cm d’épaisseur. Je leur recommande au contraire les grosses boules de neige et les bonshommes à l’occasion.

Va pour la note d’électricité et pour le cannage des chaises.

Pauvre Me. Petit son état ne parait être bien brillant. Mais tu auras peut être du mal à trouver quelqu’un au mixte pour le voir. Gautier civil a du partir pour le front et Gautier pipi qui la connait aussi bien est lui-même parait il en instance de départ. Le mieux serait peut être de demander à Delagenière[23] ce que l’on pourrait faire pour elle et ce serait de la faire rentrer à nouveau au mixte. Je n’ai aucune réponse de l’oncle Daniel à mes deux lettres. Il n’y a d’ailleurs pas de temps perdu jusqu’ici. Marcel Poupardin ne me donne que des nouvelles assez vagues de lui, n’oublions pas que les lettres passent la censure, et te fais dire bien des choses. Je n’ose t’envoyer sa lettre parce que c’est un document qui pourra me servir pour demander ce qu’il désire.

Ce matin 2 opérations et visite. Cette après midi inspection de l’hôpital 27 où j’ai encore trouvé des blessés ayant de superbes pansements sur des plaies guéries depuis longtemps et des fractures trop longtemps immobilisées. En outre ils sont nuls au point de vue bureaucratie dans cette boite. Enfin.

Puis petit tour au mixte et sur le coup de 6 h (extinction du gaz) je suis rentré à l’hôpital en compagnie de Rieucreux.

Hier au cercle j’ai emprunté un livre. Jeunesse du Maréchal de Luxembourg par M. de Ségur (pas Madame)[24]. J’en ai déjà lu les ¾. C’est l’histoire d’une partie de la Fronde vue du coté des Frondeurs. Demain je pense aller rechercher un autre bouquin.

Bons baisers aux enfants et de meilleurs encore pour toi.

                                                                                           Pierre

P.S. Que les enfants ne mangent pas tout le sucre avant mon retour et qu’au moins ils m’en laissent un morceau.

.

XIX. [Alençon] Samedi 3 février [1917]

Ma chère petite Su,

Merci de ta lettre bien reçue ce matin au moment où je rentrai déjeuner. Je trouve l’idée d’acheter une dentelle à Bertha excellente, mais voilà j’ai les plus grands doutes sur mes capacités. Ne trouverais tu pas tout aussi bien au Mans soit en Alençon soit en dentelles belges si le magasin existe encore. Comme ce n’est pas ce soir que je pourrai trouver la dite chose tu auras tout le temps de me répondre d’ici lundi.

Je te remercie bien de t’être occupée de ma fourrure. Je n’hésiterai pas à la mettre en auto, mais c’est seulement pour ce genre de véhicule que les fourrures sont autorisées, ordre du général Faurie[25] choqué de voir tout le monde en peau de bique. À propos de fourrures j’ai reçu de l’oncle Daniel une lettre où il me dit s’être débarrassé de son manteau de cuir et être passé à la Belle Jardinière emplêter pour moi un gilet doublé de peau de mouton à mettre sous la veste. Il me prie de le retourner si cela ne fait pas mon affaire. J’ai reçu le colis cette après midi. Gilet horizon doublé de peau de mouton avec manche qui serait épatant s’il était mis comme celui des Anglais sur la veste et s’il n’avait pas de manches.

Je l’ai essayé et ai constaté qu’il était trop petit en long et en large (suis-je si gros) et vice aussi déplorable que ma veste refusait obstinément de se fermer dessus. Je vais le retourner à l’oncle en le remerciant.

L‘oncle Daniel me donne aussi les renseignements sur Marcel P.[Poupardin] et me dit qu’il a diné avec René le 31, jour de sa fête[26]. René est de nouveau assez enrhumé et est toujours faiblement congestionné quand il change de température. Il ferait bien de faire attention à tous ses rhumes. L’oncle D. me trouve papa pas mal et il pense que les DAA nouvelle édition vont bientôt prendre fin.

Aujourd’hui je me suis levé de bonne heure, réveillé que j’étais par les marchands de chevaux et vers 8 h moins ¼ j’ai été faire un tour au marché aux chevaux où je n’ai vu que quelques bêtes. Il parait qu’à cause du froid les chevaux ont été présentés et achetés dès leur arrivée ces jours ci et qu’aujourd’hui le marché était presque fini. Le soir en rentrant à l’hôtel on ne rencontrait plus que de rares maquignons.

Puis visite à l’hôpital et commission de réforme où nous avons vu encore 1 homme resté 12 mois à Gien pour faire de la mécano avec 1 doigt de moins. C’est raide. Par parenthèse on va changer le jour de la dite réforme et la mettre le vendredi pour permettre aux permissionnaires de prendre le train de 11 h. Si donc Audefage n’était pas rentré le 8 je viendrais peut être par ce train à moins que ce ne soit toi qui te déplace.

Cette après midi j’ai roupillé au chaud jusqu’à 3 h. J’ai reçu mon paquet de l’oncle D [aniel] puis j’ai été faire un tour à l’hôpital. En rentrant vers 5 h ¾ je pensai que c’était vraiment bien dommage que tu ne viennes pas. Il fait un beau temps sec et nous aurions pu bien parcourir la ville. Si au Mans ce sont les trottoirs qui sont encombrés de glace ici ce sont les rues. Certaines d’entre elles sont couvertes de glace d’un bout à l’autre. Glace épaisse qui se reforme dès qu’on la casse.

Je reprends ma lettre après avoir été appelé pour un confrère hémophile (c’est-à-dire qui saigne abondamment pour le moindre bobo) et qui fait un abcès de la fesse à la suite d’une piqure de cacodylate. Un derrière médical de plus à soigner. Je vais tacher de le décider à entrer à l’hôpital pour se soigner.

À propos d’hôpital tu ne crois pas facile d’entrer au mixte comme infirmière. Avant de jeter le manche après la cognée laisse-moi d’abord en parler au médecin chef et nous verrons bien. J’avoue que j’aimerai[s] bien mieux t’avoir près de moi que de te voir courir dans un autre hôpital où on aimerait t’avoir et le matin et le soir.

Quant à la mère Petit je ne vois pas bien ce qui en adviendra de bon si on n’en veut pas au mixte si elle est sérieusement malade.

Je pense que tu n’es pas assez à court de coke pour aller en chercher toi-même par ½ sac.

De même pour les lampes à essence voir s’il en revient aux Nouvelles Galeries. Sinon j’en prendrai une à Paris chez Tito Landi où il y a à peu près aux mêmes prix un modèle mieux encore car beaucoup plus robuste et moins camelote.

Je termine pour pouvoir encore mettre ma lettre à la poste. Mille bons baisers en attendant de pouvoir t’embrasser pour de bon et de me blottir bien au chaud près de toi.

                                                                                                Pierre

.

XX. [Alençon] Mardi soir [1917]

Ma petite femme chérie,

Ouf. Ça y est je quitte Alençon demain par le même train que toi et serai donc au Mans vers midi. Si tu pouvais m’avoir une voiture je pourrais trimballer de suite tous mes colis. J’ai appris hier soir le retour d’Audefage à l’hôpital. Le médecin chef de l’H. Mixte du Mans m’avait téléphoné en me disant de rentrer – mais Dupond que j’ai vu dans la soirée m’a prié de passer d’abord le service à Audefage qui a été au Mans, aujourd’hui à la direction.

Ce soir seulement j’ai eu le coup de téléphone de la direction me disant que je pouvais partir. Je fais mes bagages déjà commencés et pense être à même de pouvoir encore faire un petit tour à l’hôpital demain matin pour faire mes adieux. Je regrette presque que tu n’aies pas dépensé une fortune en Alençon mais demain je doute que j’ai le temps de passer rue de l’Écusson.

Mon expédition de hier s’est bien passée. La matinée a été splendide. L’après midi il y avait pas mal de neige sur la route.

Mille bons baisers.

                                                                                                     Pierre

.

[1] Hôpital civil et militaire.

[2] Le 103ème régiment.

[3] Thérèse Lagny (1887-1967), née Handisyde, la sœur de Suzanne.

[4] Marc Poupardin, établi à Marseille et son fils Raymond.

[5] Isabelle Dussaud, tante du côté maternel et marraine de Pierre.

[6] Élisabeth Kœchlin, tante du côté maternel de Pierre.

[7] Audefage est le médecin que Pierre remplace.

[8] René Poupardin (1874-1928), archiviste paléographe, demi-frère de Pierre.

[9] Sont mentionnés l’Hôpital mixte (civil et militaire), l’Hôpital du Lycée et L’Hôpital auxiliaire (Union des Femmes de France).

[10]Paul Poupardin (1847-1919) est alors Conseiller honoraire à la Cour de Cassation et semble rester actif dans son domaine professionnel. DAA : ??? Dalloz Annexes Affaires ???

[11] Pierre Heff (1863-1916) est le nom du 1er mari de Rose, fille d’Henriette et de Maurice Poupardin. Rose épousera en secondes noces Marcel Poupardin (du Rivage).

[12] Surnom occasionnel donné à Claude, 3ème enfant de Pierre et Suzanne.

[13] Catégorie de main d’œuvre ?

[14] Martin, l’intendant (voir la lettre du 6 janvier 1917.

[15] André Lagny (1882-1967), mari de Thérèse.

[16] Rieucreux est le médecin chef à Alençon.

[17] Suzanne passa sa jeunesse à Fécamp où son père était armateur. Adolphe et Lucie Handisyde se retirèrent à Rouen.

[18] Herbert George Wells (1866-1946), écrivain britannique, auteur de romans de science-fiction.

[19] Siège d’une ancienne abbaye cistercienne fondée par la reine Bérengère en 1229, située aux portes du Mans.

[20] Bertha Benoit, la fidèle gouvernante au service de Paul Poupardin.

[21] Théodore Woodrow Wilson (1856-1924), président des États-Unis, Le 3 février 1917, devant la violation des droits des neutres par l’Allemagne, Wilson rompt les relations diplomatiques avant de s’engager dans la guerre le 2 avril 1917.

[22] Le Dr Achille Louste (1876-1934).

[23] Le Dr Henry Delagenière (1858-1930).

[24] Pierre de Ségur (1853-1916), l’auteur, n’est autre que le petit-fils de la comtesse, née Rostopchine.

[25] Le général Baptiste Faurie (1853-1938).

[26] Daniel Poupardin est né le 31 janvier 1862.