Jules Krug-Basse

Krug-Basse, Jules (1827-1909).

Fils de Joseph Henri Louis Krug-Basse et de Marie Madeleine, née Ducrot, Jules Krug-Basse entra en 1838 au collège de Phalsbourg. Bachelier en 1845, il étudia le droit à Strasbourg, obtint sa licence le 19 septembre 1848. Parallèlement à son stage à Strasbourg, il poursuivit ses études et soutint une brillante thèse de doctorat en droit le 15 juillet 1850.  A cette date, il s’inscrivit au bureau de Saverne où il fut nommé deux ans plus tard substitut du procureur. Il exerça à Colmar et fut ensuite nommé procureur impérial à Wissembourg (1861), à Sélestat (1865), à Colmar, (1866). Il opta pour la France après la guerre franco-prussienne et exerça la fonction de président du tribunal civil de Bergerac (1873-1878) où exerça Alfred Masin de Bouy (voir à ce nom). On le retrouve à Bordeaux (1878), où exerça Paul Poupardin (voir à ce nom) puis à Nancy (1882) conseiller à la Cour d’appel. Il exerça jusqu’en 1897. Il mourut à Nancy le 13 novembre 1909 (cf. les archives de l’Ordre des avocats de Strasbourg- communication Jean Paillot). Auteur de plusieurs manuels juridiques dont un Manuel théorique et pratique à l’usage des magistrats, paru en 1862 alors qu’il était procureur impérial de Wissembourg et une Histoire du parlement de Lorraine et Barrois, paru chez Berger-Levrault en 1899, ouvrage couronné  par l’Académie française. Marié le 21 avril 1862 avec Louis Charlotte Royer dont il eut deux enfants.

.

.

.