Édouard Claudon

Claudon, Édouard (1858-1908).

Troisième enfant de Julien Théodore Claudon et de Marie, née Dollfus et donc frère de Marie Poupardin, il resta célibataire. Ingénieur des Arts et Manufactures (1880), il rejoignit avec un apport financier la Société Gustave Claudon en 1889 (Archives commerciales de la France, 12 octobre 1889). Chimiste, il était en 1893 directeur de l’usine de Denain jusqu’à la dissolution de la Société en 1896. Il fit paraître avec Ch. Morin différentes notes très spécialisées  : sur un nouvel appareil pour la distillation fractionnée ou encore sur les produits de fermentation du sucre pour la levure elliptique  … Par la suite, retiré dans le Midi, il devint conseiller municipal et adjoint au maire de Saint-Raphaël (Var) où il avait une villa en bord de mer. Il se spécialisa alors  dans l’étude des mollusques marins de la Méditerranée et fit paraître en 1902 dans la Feuille des jeunes naturalistes publiée par Ernest Dollfus (voir la notice Maurice Hofer) une liste des mollusques qu’il avait recueillis : 550 espèces dont 40 pour la faune française. Sa collection est devenue la propriété du Musée océanographique de Monaco (Ph. Dautzenberg, Journal de conchyliologie, 1908, p. 271-272). L’avis de décès paru dans Le Temps du 12 juin 1908 signale qu’Édouard était le fils d’un des premiers administrateurs du journal et qu’il était le neveu de leur collaborateur Charles Dollfus (mari de Bertha Dollfus, sœur de Marie Claudon).

p-143 p-146

On peut se faire une petite idée de sa villa avec accès à la mer, Les Lentisques, d’après quelques photos prises par René Poupardin (album rouge, 1902).

Le portrait photographique d’Édouard Claudon en uniforme prise à Alençon laisse à penser que celui-ci fit son service militaire dans le 103ème régiment d’infanterie basé dans cette ville. Autre portrait pris à Dinard avec Élisabeth Kœchlin.