Émile Kœchlin, dit Kœchlin-Claudon

Kœchlin, Émile (1852-1924), dit Kœchlin-Claudon.

Fils d’Émile Kœchlin, père (1808-1883) et de Salomé Kœchlin (1817-1881). Une sœur d’Émile Kœchlin, fils, Hélène Marie, épousa Eugène Peugeot. Une autre sœur, Émilie, épousa Charles Friedel. Émile Kœchlin, fils, marié avec Élisabeth Claudon est donc le beau-frère de Paul Poupardin.

Après des études à l’École Centrale des Arts et Manufactures (1875), il revint à Mulhouse et devint  gérant de la maison Kœchlin-Claudon, apprêts de soie. Il fut aussi officier de l’armée territoriale française résidant à Mulhouse et fut impliqué à ce titre dans une affaire de haute trahison par le gouvernement allemand en 1885 : accusé de faire partie de la Ligue des patriotes fondée par Paul Déroulède, il fut condamné à un an de forteresse par la Haute-Cour de Leipzig, purgeant la durée de sa peine à Magdebourg. Entreposeur de tabacs à Versailles puis à Paris, capitaine de génie territorial et chevalier de la Légion d’honneur, il habita à Paris 21 boulevard Delessert. Nous conservons plusieurs lettres de lui adressées à Paul Poupardin de 1908 à 1910 se rapportant à la succession d’Édouard Claudon et à la propriété de Saint-Raphaël : Les Lentisques, acquise, suite au décès de ce dernier par les Kœchlin.

.

TGK 330